The Legend of Elements
Tu viens de débarquer sur The Legend of Elements.
Ici, 5 tribus s'opposent, représentant chacune un élément: La Tribu de Rosée, l'eau, la Tribu de Cendre, le feu, la Tribu du Mistral, l'air, la Tribu Sylvestre, la Nature et la Tribu de Sable, la Terre. Cette zone est peuplée de chats. N'aie pas peu, approche... et pénètre dans le monde de The Legend Of Elements!

<script type=text/javascript> var banListe=['1','2','3']; document.write('<body class=ban' + banListe[Math.floor(Math.random()*banListe.length)] +'>'); </script>


Le courage nourrit les guerres, mais c'est la peur qui les fait naître
 

Partagez|
MessageSujet: Entre le sifflement du vent et ceux des serpents [PV Night] Jeu 19 Mar - 19:29
Sunbelt

Entre le sifflement du vent et ceux des serpents

Feat Night

Ce n'est pas une sensation que l'on qualifierait d'agréable, que celle de sentir le sable se loger entre ses coussinets. Lui, il s'en moquait, déambulant sur la surface piquante et glissante comme si de rien n'était, ses poils épais empêchant le sable que le gêner. Le sable... En fait, loin de le trouver dérangeant, il le trouvait réconfortant. Sentir ainsi la matière sous ses pattes témoignait du fait que l'hiver évacuait peu à peu ses terres, laissant la place à la saison nouvelle et prometteuse qu'était le Printemps. Il ferma les yeux, s'arrêtant dans sa marche, et respira longuement. L'air était encore frais, mais emplis d'embrun de plante et de gibier. Au moins, ils pouvaient être sur que le renouveau était bien là et apportait, comme à son habitude, son lot d'abris et de nourriture. Sun s'assit, enroulant sa longue queue foncée autour de ses pattes, et posa un moment son regard vert sur le remue ménage formé par les chats du Clan. Cette banalité l'ennuyait, lui donnait une envie de bailler qu'il réprimait fermement, adressant plutôt un regard qui se voulait attentif et parfois protecteur sur ses "sujets".
Ce matin là, il était passablement irritable, le sujet d'une quelconque alliance, abordée quelque jours plus tôt avec sa Terre, le préoccupant de plus en plus jusqu'à l'empêcher de dormir. Impossible de compte sur les Sylvestres... Bien qu'il ne leur voue aucune haine particulière, leur Tribus étaient ennemies depuis des lunes et il ne pourrait sûrement rien y changer. Les Cendre ne lui disait rien qui vaille, le sable se changeant en verre au contact des flammes et perdant ses propriétés, ce n'était pas une bonne idée... La Rosée lui plaisait bien... L'association de leur deux éléments créaient une force dévastatrice qu'il était compliqué de parer... autrement que par la fuite. Enfin, l'air... Cet élément était aussi une bonne idée... les tempêtes de sables ne se formaient-elles pas à l'aide de ce dernier ? Le voilà donc avec deux alliances possible : La Rosée et le Mistral... Que faire ?
La routine commençait vraiment à l'agacer, et il sentait qu'il finirait par exploser s'il restait ici une minute de plus. Veillant à ce que personne ne le regarde, le brun se leva donc et détala le plus loin possible de cette ambiance trop calme pour lui. Il sentit un poids se défaire de ses épaules en quittant le camp, même s'il savait parfaitement que sa Terre ne prendrait pas cela d'un très bon oeil... Il pourrait toujours prétexter une rencontre pour le clan, qui n'avait rien donné. Et puis il n'avait pas de compte à rendre après tout ! Alors qu'il marchait, il se rendit compte qu'il était partit sans manger et que, de toutes manières, son estomac lui faisait bien comprendre qu'il ne pourrait rien avaler. Il n'était pas du genre à se tracasser mais, quand il réfléchissait, il ne mangeait pas beaucoup et avait tendance à perdre un peu de poids à cette occasion. Poids qu'il reprenait par la suite si la chasse était fructueuse.

Sunbelt quitta les limites de son territoire, désireux de s'évader un peu pour pouvoir réfléchir à son histoire d'alliances, et se retrouva bientôt à marcher tantôt sur du sable, tantôt sur d'énorme rocher. Il reconnaissait ce lieux, pour être le seul qu'il appréciait vraiment dans les terres neutres : les Rochers Ensoleillés des Serpents... Ils n'en restaient pas moins dangereux, bien qu'en cette périodes, les reptiles restaient cachés à cause du froid.Il s'assit sur un gros rocher plat, chassant à l'aide de sa queue le peu de neige qui avait résister, et ferma les yeux, offrant son cou aux rayons du soleil. En plein été, il se serait ainsi prélasser, sans que personne ne se pose de questions. Mais, à la toute fin de l'hiver, le soleil ne tapait pas très fort...
Il n'était pas complètement perdu dans ses pensées, restant un minimum attentif à ce qu'il se passait autour de lui pour ne pas se faire surprendre. Aussi, il parvint à sentir, non sans mal, une odeur voluptueuse, presque inexistante... Il connaissait cette odeur pour appartenir aux chats du Mistral. Sans ouvrir les yeux et sans même savoir à qui il s'adressait, il ouvrit la gueule, sans sourire, d'un ton totalement neutre :

«  Toi aussi tu est venu pour réfléchir ? »


D'ordinaire avare de paroles, il semblait décidé à discuter un minimum avec le chat qui venait d'arriver, même si, à part cette phrase, il ne parlerait sûrement pas beaucoup, se contentera de hocher la tête ou d'apporter quelques précisions mineures.
Code by Eressëa
avatar
PUF : Gly / Reine Surprême des Pots de Glue
Messages : 8

Concernant votre chat.
~ Rang.: Dune
~ Tribu.: Sable
~ Liens.:
Coussinet
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Entre le sifflement du vent et ceux des serpents [PV Night] Jeu 19 Mar - 19:46
Night

Entre le sifflement du vent et celui des serpents


La chatte sombre avait décidé d'aller chasser. Elle voulait s'éloigner de tout ses ennuis avec la tribu, et profiter du léger soleil printanier, qui ne tarderait point à arriver. Déjà, les primevères poussaient le long des chemins. Mais Night n'était pas là pour profiter du beau temps. Elle sentait peser sur son coeur des sanglots intarissables. Elle ne savait plus quoi penser. Ses lamentations à elle même ne servaient à rien, seulement à l'affliger bien plus encore. La chatte posa pour la énième fois une patte devant l'autre, tout en observant les grains maladroits qui venaient se coincer entre ses coussinets affermis par les courses dans la vallée du Fantôme de Sheff. Elle avançait tête basse, se laissant conduire par son sens de l'orientation, pour tout autant qu'elle en ait un. Les dents serrées, elle ne pouvait renoncer à penser que les meurtres qui ébranlaient les terres des Tribus n'étaient autre que son fruit. Cette idée lui arrachait des gémissements incontrôlés. Night titubait sur son chemin, ses pas de moins en moins assurés. Elle ne désirait ni aller bien loin, ni trop près de sa tribu. Mais seulement, de partout ses membres la cherchait, lui posant sans cesse milles questions. La Mistral n'avait jamais vraiment fait voeu de devenir la meneuse de sa tribu. En fait, elle ne cessait de penser à quel point sa vie aurait pu être plus simple si le destin l'avait laissée à son rang. Si on avait pu appeler ceci une vie, bien entendu. Car se transformer en démon chaque soir et ôter la vie d'êtres sans défenses n'avait rien d'amusant... La Mistral n'avait jamais ressenti une impression de force et de puissance en tuant. Après ces attaques nocturnes, elle se sentait vidée et mal en point. Jamais le sang ne lui avait profité...
Tout était-il qu'elle arrivait au rochers des serpents. La chatte n'appréciait pas particulièrement cet endroit, mais maintenant qu'elle était là, elle n'allait pas faire demi-tour. Alors l'être ailée s'avança vers les rochers en tout hâte. Cependant, elle se stoppa en percevant l'odeur d'un chat inconnu. Elle s'hérissa et dévoila ses crocs. Elle bandit ses muscles et se prépara à bondir.
Tout son corps trembla sous l'effet de la colère. Ses pupilles s'amincirent. Elle gronda plus fort.
WOUSH. La silhouette noire se jeta sur l'inconnu en un saut habile. Ses griffes luisirent un instant puis l'éclat glissa brusquement dans l'espace des quelques secondes. La chatte avait frappé tellement vite que même une tornade n'aurait put la rattraper. Ses griffes traversèrent la chair. Le sang gicla quelques secondes.
Mais Night commis un erreur irrécupérable. Elle glissa, et roula, emportant le chat avec elle. Elle dégringola sur les pierres, sentant les pierres pointues s'enfoncer dans sa fourrure fragile. Elle serra les dents, mais crier n'aurait servi à rien car elle n'en aurait pas eut le temps. Les deux chats finirent par atterrir l'un sur l'autre, l'inconnu le museau glissé dans la fourrure du cou de Night, et cette dernière cramponnée au chat.
Elle mit certes un peu de temps à s'apercevoir de sa position, mais quand ce fut le cas, la Mistral laissa échapper un cri et griffa l'autre furieusement à la joue.



: 11px; font-family: Times New Roman; font-variant: small-caps; text-shadow: 5px 5px 5px white; padding-left: 10px">Code by Atalante

avatar
PUF : Soleilou, Winter ou Akasan
Messages : 98
Localisation : Derrière twa, BOUH !

Concernant votre chat.
~ Rang.: Mistral
~ Tribu.: Mistral
~ Liens.:
Admine psychopathe qui aime les crêpes arc-en-ciel. 8D
Voir le profil de l'utilisateur http://thelegendofelements.forumactif.org
MessageSujet: Re: Entre le sifflement du vent et ceux des serpents [PV Night] Lun 23 Mar - 18:18
Sunbelt

Entre le sifflement du vent et ceux des serpents

Feat Night

Il la sentit qui se tendait derrière lui, pleine d'animosité, prête à lui sauter à la gorge au moindre geste. Le grondement sourd qui s'échappa de la gorge de la chatte aurait du effrayer tout félin ayant un minimum d'intelligence, mais pas lui. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait plus peur de personne, qu'il n'éprouvait, de toutes manières, pour aucun sentiment à l'égard de quiconque. Un crissement de sable, un déplacement dans l'air... Il sut qu'elle attaquait sans même la voir et ne bougea pas. Sans se départir de son calme, il plaqua rapidement son oreille droite contre son crâne avant de la laisser se remettre en place, faisant tinter les grelots qui se balancèrent gaiement le long de sa corde rouge. Ce petit geste suffit : Juste avant que la furie noire n'atteigne son visage, le temps était figé... et compté. Rapidement, il déplaça une patte de la chatte, de sorte à ce quelle glisse avant de l'atteindre. Il se remit en place, comme si de rien n'était, et agita cette fois la queue pour que le temps s'écoule à nouveau, le manipulant comme quelqu'un retournerait un sablier pour en faire s'écouler les grains.
Cependant, le matou brun avait mal calculé, et les griffes acérées de la chatte lui transpercèrent l'épaule, arrosant le sol de son propre sang. Il regarda les gouttes écarlates pendant un instant, sans broncher, comme insensible à la douleur qui aurait fait feuler un chat normal. Seconde erreur de calcul, la chute de l'inconnue l'entraîna lui aussi, lui arrachant cette fois un gémissement étouffé alors qu'il heurtait le sol, roulant avec la noiraude. Les pierres venaient heurter son pelage, lui frappaient douloureusement les épaules. Le sable venait s'infiltrer dans la griffure sanglante à peine infligée, le brûlant sans qu'il ne dise un seul mot. Sa compagne d'infortune n'était pas mieux lotie que lui, sur le fait que, de son côté, elle possédait un pelage court et se faisait labourer par les pierres pointues qui venaient la griffer.
Le brun finit par s'arrêter au-dessus de la chatte, le museau plongé dans son cou, les pattes postées autour d'elle pour ne pas l'écraser. Cette dernière action lui avait demandé un certain effort, si bien que ses muscles tremblaient légèrement, ne le maintenant pas complètement debout. Il voulut redresser la tête, remarquant la gêne de l'inconnue après ce geste quelques peu déplacé, mais fut stoppé par un violent coup de griffes. Deux fois... ça commençait à faire beaucoup quand même. Il ne perdit pas son sang-froid, malgré le coup qui l'avait forcé à tourner la tête, détournant par la même occasion son regard de la chatte, qu'il avait juste eut le temps de voir ailée. Il s'éloigna d'elle, se rasseyant un peu plus loin pour pouvoir l'observer. Il ne mit pas longtemps à la reconnaître : pelage de suie, reflets violacés, grandes ailes de nuit... La chef des Mistrals se tenait devant lui, pas aussi fier q'il n'en avait le souvenir mais, au contraire, plutôt gênée.

« Je ne pense pas qu'une querelle entre nos deux clans soit des plus utiles. Tu devrait faire un peu plus attention à qui tu t'attaque, surtout sur ces terres où nulle guerre n'est censée éclater. »


Il avait prononcé ces mots d'un ton remarquablement neutre après ce qu'il venait de ce passer, la queue enroulée autour des pattes, bien droit, son regard pâle posé sur la presque inconnue. En fait, ses phrases sonnaient plus comme un conseil que comme une menace. On en aurait presque pu oublier la griffure sur sa joue, qu'il n'avait pas pris la peine de lécher, et celle, pleine de sable de son épaule. Toutes deux pas très jolies à voir et assez sanglantes pour tâcher le sol poussiéreux de quelques gouttes écarlates.
Code by Eressëa
avatar
PUF : Gly / Reine Surprême des Pots de Glue
Messages : 8

Concernant votre chat.
~ Rang.: Dune
~ Tribu.: Sable
~ Liens.:
Coussinet
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Entre le sifflement du vent et ceux des serpents [PV Night] Lun 23 Mar - 19:10
Night

Entre le sifflement du vent et celui des serpents


Night sentit le chat se dégager. Elle bondit rapidement sur ses pattes et recula furieusement. Elle n'avait plus rien d'honorable, la pauvre mistral ! Elle tentait comme elle le pouvait de préserver son orgueil. Malgré tout la chatte avait rougi jusqu'aux oreilles, de honte, et la couleur restait quand même un peu. Elle dévoila ses crocs et poussa un sifflement aigu. Son pelage ébouriffé avait quelque peu froissé ses plumes ébènes.
Sa fourrure retomba seulement lorsque l'autre se fut éloigné.
Sunbelt. Night le reconnu au premier coup d'oeil. Son poil se redressa brusquement et une boule gigantesque se forma dans sa gorge. La sifflement s'étouffa pour se transformer en un puissant grondement. Ses griffes tachées de rouge crissèrent un instant sur la pierre avant de se rétracter. Sunbelt avait parlé. Night n'avait pas bien entendu, mais ça n'avait aucun importance. Elle se lécha furieusement le pelage, tout en grondant, puis se coucha au soleil. L'astre brûlant était maintenant élevé haut dans le ciel. La chatte bailla puis posa sa tête sur ses pattes, regardant le chef Sable en coin. Elle le surveillait,en quelque sorte. Pas comme un gardien, non... Plutôt comme un prédateur espionnant sa proie. Ce qu'elle était parfois, d'ailleurs. Lors de la nuit, toute personne passant sur son chemin s'avérait être une proie alléchante, et l'odeur du sang coulant dans les veines était le principal appât du démon. Night sentit d'ailleurs la bête se réveiller un peu, et l'odeur du liquide vermeil dans le corps du matou crème pénétra les narines de la chatte noire. Elle renferma le démon brusquement mais ne put s'empêcher de se pourlécher les babines, sentant cette proie alléchante ouverte à toute sorte d'attaque. La chatte s'étira et baille bruyamment puis s'étendit au soleil, de nouveau.
Mais elle n'entendit pas la petite, mais très dangereuse vipère qui se rapprochait doucement d'elle...



: 11px; font-family: Times New Roman; font-variant: small-caps; text-shadow: 5px 5px 5px white; padding-left: 10px">Code by Atalante

avatar
PUF : Soleilou, Winter ou Akasan
Messages : 98
Localisation : Derrière twa, BOUH !

Concernant votre chat.
~ Rang.: Mistral
~ Tribu.: Mistral
~ Liens.:
Admine psychopathe qui aime les crêpes arc-en-ciel. 8D
Voir le profil de l'utilisateur http://thelegendofelements.forumactif.org
MessageSujet: Re: Entre le sifflement du vent et ceux des serpents [PV Night] Mar 24 Mar - 13:39
Sunbelt

Entre le sifflement du vent et ceux des serpents

Feat Night

Sunbelt tiqua un moment devant le regard de la chatte, un regard froid, prédateur, qui le sondait, prêt à lui sauter à la gorge une nouvelle fois s'il remuait ne serait-ce que les moustaches. Elle l'épiait, tel un loup guettant une brebis assez stupide pour s'écarter un peu du reste du troupeau. Ce que ce loup-ci ignorait, c'était que cette brebis n'en était une qu'en apparence, un masque que l'on utilise pour tromper son adversaire et le surprendre au dernier moment. Car, si le matou brun ne relevait pas depuis tout à l'heure, c'est qu'il ne se sentait nullement en danger face à la meneuse des du Mistral. Il ne craignait pas ses attaques futures et endurait celles déjà subies sans broncher. Lui aussi, était un loup prêt à faire couler le sang si nécessaire. Et, même s'il n'en avait pas l'air, il surveillait tout aussi étroitement la chatte noire qu'elle même le faisait avec lui.
Le bout de la queue remuant légèrement, posant un regard pourtant sans menaces sur la meneuse, il la regarda alors qu'elle lui grondait dessus, s'étalant sur le sol pour profiter du soleil. Elle finit par détourner son attention de lui. Grossière erreur... Elle aurait pu subir une de ses attaques qu'elle ne s'en serait pas rendue compte. Le matou passa une langue râpeuse sur son épaule, non pas pour la laver du sang qui la maculait, mais pour déloger les grains de sable désagréables qui y avaient trouvé refuge. Il se stoppa, écoutant attentivement, les oreilles soudain dressées au-dessus de sa tête. Il l'avait entendue avant de la voir, un déplacement dans le sable chaud, un très léger sifflement, presque imperceptible pour quelqu'un qui n'y était pas habitué. Il tourna juste un peu la tête en direction du sol, regardant le corps long et fin qui ondulait vers la chatte d'encre. Il la reconnue à ses marquages sombre sur ses écailles brunes, à la ligne noire qui partait de ses yeux... Un vipère, inoffensive pour quelqu'un d'alerte mais qui n'hésitait pas à s'attaquer à tout chat trop sûr de lui pour détourner l'attention.
Pareil à un automate, il se leva, rejoignant le reptile et la meneuse du Mistral. Il paraissait tout aussi calme que tout à l'heure, alors que la situation avait cependant changé. Se plaçant à côté du corps longiligne, il tapota le sol de sa patte, créant des vibrations que ressentit automatiquement le reptile. Plus attiré par cette proie apparemment pleine de vie, plutôt que par l'autre, il tourna la tête, étudiant un moment ce qui se tenait devant lui avant de reprendre sa route, changeant de trajectoire pour se diriger vers le brun. Il esquiva la première attaque pourtant foudroyante du reptile, puis la seconde, continuant ainsi alors que le serpent revenait en position et repartait immédiatement à la charge, comme un ressort. Il le menait un peu plus loin de la chatte grâce à cette méthode, pourtant dangereuse. Il aimait jouer, prendre des risques, et c'était ce qu'il faisait en livrant cette danse étrange mais pourtant hypnotique, soulevant la poussière et donnant un effet impressionnant. Ce jeu mortel, il y jouait habituellement loin des regards, certain que ce ne serait son adversaire qui mourrait à chaque fois.
Donnant le mouvement final, il plaqua sa patte sur la tête plate du reptile, deux doigts posés dessus et les deux autres sur le sol. Il écartait assez les coussinet pour les mettre en une telle position et la maintenir parfaitement, malgré le reptile qui se tortillait avec force en dessous. Le matou le regardait, immobile, toujours comme ancré dans sa danse avec ce piteux reptile qui se tordait à présent pour sa vie. D'un geste vif, il se retourna, balançant sa patte avant droite et tranchant net la tête du serpent, qui vola un peu plus loin, éclaboussant le sol de perles écarlate. Il laissa son regard enflammé traîner sur les restes de sa victime, qui bougeaient encore grâce à quelques réflexes répugnants propres aux serpents, retenant sa langue de passer sur ses babines. Il se rassit comme si de rien n'était, posant son regard, redevenu calme, au loin, enroulant une fois de plus sa queue. Il était endurant, cette petite danse aurait épuisé un chat normal, surtout avec le défaut du sable, mais il était chat du désert, c'était une habitude pour lui. Sans regarder la meneuse, sans même savoir quelle expression elle pouvait bien avoir, il prononça quelques mots, toujours de sa voix neutre :

« Tu devrais faire attention, un désert, même petit, n'est jamais sûr. »


Il imaginait parfaitement la réaction de sa Terre face à cette petite danse qu'il avait menée... Pire, il s'imaginait parfaitement la réaction de RiverSong, si elle avait pu voir d'en haut ce qu'il avait fait...

« T'es devenu malade ou quoi ? Reprends-toi ! Si tu comptais impressionner cette étrangère c'est cramé, elle est Mistral de sa tribu j'te rappelle alors ressaisis-toi et agit correctement plutôt que de faire le fier ! »


C'était ainsi que les autres l'auraient vu, mais lui, il avait juste perdu un peu le contrôle... rien d'autre.
Code by Eressëa
avatar
PUF : Gly / Reine Surprême des Pots de Glue
Messages : 8

Concernant votre chat.
~ Rang.: Dune
~ Tribu.: Sable
~ Liens.:
Coussinet
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Entre le sifflement du vent et ceux des serpents [PV Night] Mar 31 Mar - 8:52
Night

Entre le sifflement du vent et celui des serpents


Night n'avait pas perçu le sifflement du serpent car, lorsqu'elle s'était couchée, un flash-back lui avait ôté toute vue sur le monde extérieur.


Aru marchait doucement dans l'allée. Les grands arbres qui la bordaient s'agitaient doucement dans le vent au-dessus de sa tête. Ce calme... La jeune chatonne ne l'appréciait pas. Il était trop continuel. Mais que pouvait-elle y faire de toute manière ? Elle cria :
-Y a quelqu'uuuuuun ?
Seul son écho lui répondit. Soudain, un craquement se fit entendre derrière elle. La silhouette d'une chatte bleu clair la surprit. Aru fut déroutée par son air surpris. La petite chatte noire se tourna vers elle en ronronnant.
-Ooooooooooooh ! Tu veux bien être mon amie, toi ?
L'autre écarquilla encore plus les yeux, puis elle se tourna brusquement vers le ciel,dont la couleur s'assombrissait déjà. L'inconnue sursauta et pivota de nouveau vers Aru, les poils hérissés :
-VA T'EN ! VITE !
Aru sursauta comme elle ne l'avait jamais fait et s'enfuit en courant. Elle déboucha dans l'allée en courant, mais glissa et s'étala royalement par terre. C'est alors qu'un ricanement se fit entendre. La petite chatte dressa ses oreilles duveteuses. Des ombres noires aux yeux sanglants se dirigeaient vers elle, comme attirées. Aru se recroquevilla. Elle n'était pas une souris en fuite ! Elle était juste perdue et cherchait quelqu'un avec qui jouer ! Et puis d'abord, c'étaient qui, eux ? Mais en les voyant s'approcher encore plus, la chatonne fut prise d'un doute angoissant et se releva brusquement, fonça de nouveau vers le bout de l'allée, glissant parfois sur ses petites pattes. Elle regarda derrière elle et vit que les ombres l'avaient presque atteinte. Elle tenta d’accélérer, mais peine perdue. Sentant les silhouettes agripper sa queue, Aru poussa un cri. Soudain, un choc se fit entendre, puis un grondement de tonnerre. Une bourrasque à déraciner les arbres projeta la minette en avant. Sans demander son reste, elle atteignit le bout du chemin. En voyant ce qui l'attendait, elle hoqueta. La rue continuait encore sur des kilomètres. Elle souffla un instant et regarda derrière elle. La chatte de tout à l'heure se tenait au milieu d'une tornade aux éclats blancs. L'inconnue lui lança :
-COURS, VITE !
Aru se retourna et dévala la pente que formait la seconde allée. Son coeur battait la chamade. Bientôt, elle senti de nouveau les ombres sur son dos. Elle courut, courut.

Mais soudain, des griffes se plantèrent dans son arrière-train et la firent tomber. Elle s'étala de tout son long, incapable de regarder ce qui la maintenait maintenant fermement au sol. Aru tremblait de tout son corps, ne pouvant piper mot.
-Héhéhéhéhé...
L'ombre au-dessus d'elle avait ricané. Soudain, Aru le sentit, son adversaire se matérialisa en un fin filet noir et s'engouffra dans la poitrine de la minette. Cette dernière sentit un choc immense la traverser. Elle hurla, se laissant tomber. Mais voyant que les autres ombres s'écartaient avec un sourire narquois, elle se redressa et fonça dans la ruelle. Elle déboucha bientôt face à un lac, et, s'étalant part terre, pleura à chaude larmes. Que s'était-il passé ? Que lui avait-on fait ?
Aru l'ignorait, et elle aurait voulu que tout ça ne soit qu'un immonde cauchemar.
Et puis... Et puis ? Quelque chose se glissa doucement sur son épaule. La petite sursauta et se retourna de frayeur, tout en tremblant. C'était la chatte de tout à l'heure. Aru se hérissa, les prunelles écarquillées par la peur.
-T...T'.. Es qu..que...i...t...ouua ?
Elle lâcha un petit cri quand l'autre lui entoura délicatement les épaules de ses pattes.
-Calme-toi, petite, je ne te ferais rien. Je suis là pour t'aider, ne crains rien.
Elle lui présenta délicatement un bout de viande ( ou de poisson, Aru ne faisait pas vraiment la différence.). Allez, mange, tu as besoin de reprendre des forces.

Aru se raidit et tenta de se dérober lentement. L'autre s'en aperçut et tenta de la retenir.
-Il faut absolument que tu manges, s'il-te-plaît... Tu dois reprendre des forces !
A contre cœur, Aru goba un bout... Et s'empressa de continuer ! C'était un véritable délice, elle ne pouvait le nier. La petite chatte bailla et se pourlécha les babines. Puis, elle se tourna vers l'inconnue, qui tenait toujours ses pattes posées sur les épaules de la chatonne.
- Alors, t'es ki touaaaa ?
Même si c'était une pure inconnue, pourquoi Aru n'aurait-elle pût pas être amie avec elle ? Après tout, l'autre l'avait bien aidée !
- Moi ? Mon nom est Elia.
Elia ? Et puis soudain, Aru remarqua quelque chose :
-OOOOOOOOOH ! Mais t'es un garçoooooooooooooon !
L'autre sembla se crisper. Il lui jeta un regard très étrange, sans qu'Aru ne puisse comprendre pourquoi.
- Kooooooiiii ? T'as mangé un truc pas net ?
En fait, depuis le début, Aru tentait de se faire passer pour une petite chatonne sans cervelle. Elle n'aimait pas ce petit jeu, mais elle ne voulait pas qu'on la considère comme elle aurait du l'être. Mais Elia, quand à lui, était du même âge qu'elle, c'est à dire un jeune chat. Aru ne comprenait pas clairement ce qui lui arrivait. C'est comme si elle errait dans une tempête brumeuse, depuis qu'elle avait rencontré l'autre. Son odeur la rassurait, et elle mourrait d'envie de se blottir contre lui. Quand son regard croisa celui du chat, elle rougit et recula légèrement. Aru se secoua elle aussi. Allez. Ce n'était que passager, elle devait être encore sous le choc, rien d'autre.
-Hum... Et tu... D'où viens-tu ?
Aru avait repris son ton habituel, ne parvenant plus à feindre son âge. Elia sursauta en entendant le timbre de sa voix.
-Oh, tu.. tu n'es pas une chatonne ?
Aru rougit et écarquilla les yeux.
-Ben... Je suis jeune, mais pas toute petite non plus...
Elia pouffa légèrement.
-Tu as bien joué le jeu, je m'y suis laissé avoir ! Mais... Tu m'as vraiment pris pour une femelle ?
Aru, en cet instant, eut juste envie de s'enfouir sous terre.
-Euuh... Oublions cet événement, s'il-te-plaît...
Elia n'insista pas. Aru sourit. Mais brusquement, une douleur lui empoigna la poitrine et elle tomba à terre. Son souffle se coupa et elle laissa échapper un gémissement.
-Qu'est-ce qui m'arrive ?! A l'aide !
Elle ne parvint pas à relever la tête. Et là, une douleur inouïe lui traversa les épaules. Aru cracha un filet de sang. Deux immenses ailes traversèrent brusquement sa chair en un déchirement horrible. Le sang gicla. Elia se jeta sur la frêle silhouette ailée. Il posa sa patte sur les épaules abîmées.
-Je demande l'aide des esprits du passé, guérissez-là, je vous en prie...
Aru sentit la douleur la quitter et les plaies se refermer. Elle poussa un soupir de soulagement. Mais dans son cerveau, elle perçut une information primordiale la quitter. Brusquement, elle se tourna vers l'autre.
-Dit, Elia, mon nom, c'est bien Night ?
Le chat écarquilla les yeux et se jeta sur Night, posant une patte à l'endroit où le démon avait pénétré. Il murmura des bribes de paroles incompréhensibles, tout en fermant les yeux, concentré. Au bout d'un moment, il se laissa retomber, à bout de force, et se tourna vers Night.
-...Tu...
Elle le sentait effaré, crispé et peiné.
-Tu dois partir.
Night recula d'un bond.
-Pourquoi ?!
Elia frappa le sol de sa patte, créant un cercle lumineux autour de Night.
-Excuse-moi, s'il-te-plaît...
Night se sentit comme déchirée en deux et s’évapora dans un nuage de fumée. Quand elle rouvrit les yeux, la vaste vallée du fantôme de Sheff s'offrait à ses yeux.
-Elia ? ELIIIIIA ?
Son cri s'estompa dans l'obscure nuit.



Night sortit violemment de sa torpeur, essoufflée, contre le sol. Elle fut plus que surprise en sentant un filet poisseux couler de sa gueule.
La voix du démon résonna en elle.
"C'est ta faute... Ta faute, héhéhéhéhé !"
Night poussa un cri rauque et se laissa tomber sur le sol.



: 11px; font-family: Times New Roman; font-variant: small-caps; text-shadow: 5px 5px 5px white; padding-left: 10px">Code by Atalante

avatar
PUF : Soleilou, Winter ou Akasan
Messages : 98
Localisation : Derrière twa, BOUH !

Concernant votre chat.
~ Rang.: Mistral
~ Tribu.: Mistral
~ Liens.:
Admine psychopathe qui aime les crêpes arc-en-ciel. 8D
Voir le profil de l'utilisateur http://thelegendofelements.forumactif.org
MessageSujet: Re: Entre le sifflement du vent et ceux des serpents [PV Night]
Contenu sponsorisé
Entre le sifflement du vent et ceux des serpents [PV Night]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» L'avenir appartient à ceux qui rêvent trop. (Abeille)
» L'avenir appartient à ceux qui rêvent trop.
» Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt (parce qu'ils ont l'eau chaude) (30/01/12 à 9h26)
» Quand des fous se croisent ... [PV : Brise le Vent, Flamme Noire, Fleur de Brume et Nuage de Plume]
» La foudre contre le vent [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Legend of Elements :: Zone Neutre :: Rochers Ensoleillés des Serpents-
Sauter vers:
Four SeasonsNever UtopiaNever UtopiaNever UtopiaNever UtopiaNever UtopiaNever UtopiaNever UtopiaNever UtopiaNever UtopiaNever UtopiaNever UtopiaNever UtopiaNever UtopiaNever UtopiaNever UtopiaNever UtopiaNever UtopiaNever UtopiaNever UtopiaNever Utopia
Never Utopia ♥